Historique du Lions Clubs International - détail - Lions Club de Suresnes

Au sein de Suresnes et du Lions Club International, un groupe de
femmes et d’hommes de tous âges travaillant depuis 1970, dans
l’amitié et la convivialité, à une meilleure compréhension
des autres et à la réalisation d’un projet commun.
Ambitieux mais réalistes, accueillants, tolérants, solidaires, unis dans l’amitié
Aller au contenu

Menu principal :

Historique du Lions Clubs International - détail

Lions Clubs International > Au niveau International
Plus d'information sur l'histoire du Lions Clubs International


En 1917, à Chicago, des hommes d'affaires ayant l'habitude de se réunir à des fins professionnelles décidèrent d'utiliser leurs capacités personnelles pour se mettre au service de leur communauté. Un club fut créé à l'instigation d'un des leurs, Melvin Jones, dont la phrase célèbre est devenue la référence qui perdure de nos jours:

«
On ne va pas bien loin dans la vie si l’on ne fait pas quelque chose pour quelqu’un d’autre ».

Pour en savoir plus sur Melvin Jones


7 juin 1917 : Melvin JONES réunit 23 cercles d'affaires qui acceptent de se fédérer en un mouvement : le LIONS CLUB est né.

En 1920 : le Lions devient véritablement international avec la création de clubs au Canada.

En 1925 : lors d'une convention, une aveugle, Helen KELLER, propose au dévouement des Lions un nouveau domaine d'intervention en les invitant à être “les chevaliers des Aveugles dans la croisade contre l'obscurité”.

  • Aussi les Lions Clubs décident-ils de donner du temps pour organiser des manifestations afin de collecter des fonds pour les aveugles, et plus généralement les personnes délaissées et malheureuses.


En 1926 et 1927: les troisième, quatrième et cinquième pays à rejoindre le Lions Clubs International sont la Chine, le Mexique et Cuba. En 1927, on compte 60 000 membres dans 1 183 clubs.

En 1929 :
le Lions Clubs International fonde l'association des cannes blanches, il invente le fameux signe distinctif qui permet aux aveugles d'être reconnus.

En 1935, c'est au Panama qu'est créé le premier club d'Amérique centrale.

En 1936 : trois Lions fondent à Rochester le premier centre de dressage pour chiens d'aveugles. La même année, les premiers clubs d'Amérique du Sud voient le jour en Colombie.

Pendant la deuxième guerre mondiale : les Lions organisent des manifestations qui permettent de récupérer des fonds pour aider les familles dans le besoin.

  • Ils fournissent également une aide financière et physique dès qu'une catastrophe pénalise une population.


En 1945, Melvin JONES et les anciens Présidents Internationaux Fred W. SMITH et D.A. SKEEN aident au développement de l'Organisation Non Gouvernementale (O.N.G.). La même année, les Lions du Texas ouvrent la première "Banque des Yeux" permettant ainsi la réussite de nombreuses interventions.

En 1947, le Lionisme atteint l'Australie.

Dès 1948 : les Lions Clubs envoient des émissaires en Europe, et très vite les premiers clubs apparaissent : Stockholm, Genève, Paris.

1952 voit naître le premier club japonais.

Le 1er juin 1961 : Melvin JONES s'éteint.

En 1968 : est créée
la Fondation du Lions Clubs International (LCIF), pour soutenir les initiatives d'assistance humanitaire des Lions clubs dans le monde. Elle a distribué en 1998 plus de 13,9 millions de $US de subventions.

En 1990 : est lancé le
programme mondial SightFirst (la Vue d'Abord) : il rassemble les grands spécialistes de la prévention des cécités, les organisations de sauvegarde de la vue, les gouvernements et les Lions clubs, et a pour but l'éradication des cécités évitables et réversibles dans le monde.

La prévention de la cécité et les services aux non-voyants font partie de la majorité de leurs actions : les Lions Clubs ont été à l’origine du lancement de la canne blanche.

Mais les actions culturelles, environnementales et, principalement, envers la jeunesse se développent de plus en plus.

Le Lions Clubs International est une
Organisation Non Gouvernementale (ONG) reconnue à ce titre et disposant d'un siège à l’ONU, à l’UNESCO et à l’UNICEF, à l'OMS, à la FAO et au Conseil de l'Europe.

Retourner au contenu | Retourner au menu